ITW#10 Thomas Huriez de 1083 est un acteur incontournable, généreux, visionnaire : c'est le Made in France d’aujourd’hui et de demain!

Screen Shot 2017-11-16 at 15.58.40.jpg

Thomas a fait ses études dans l’informatique avant de changer pour du commerce en alternance. 

Ayant grandi à Grenoble chez ses parents mais très attaché à la maison de ses grands parents dans l’Isère il s’y installe car personne n’y vit. La maison voisine donnait sur un ancien camp militaire qui est devenu marque avenue un centre de magasin d’usines. Une envie d’entreprendre s’est vite fait ressentir il décide de transformer cette maison en magasin.

« Je voulais du sens dans mon boulot donc faire de la mode éthique ».

Il a commencé par un dépôt vente multi-marques avec des fins de séries de marques éthiques. L’activité a été très laborieuse. Avec une mode éthique peu présente à l’époque. 

Il pointe aussi un gros l’un des principale challenge de la mode éthique et responsable: elles se focalisaient que sur la dimension engagée mais pas sur l’image ce qui ne permettait pas de toucher le plus grand nombre.

Au début de son aventure entrepreneur, il a appris sur le tas, fait peu de chiffres d’affaires mais avait cette chance d’être nourrie et loger par ses grands-parents ce qui lui donna le temps d’apprendre.

Tout allait pour le mieux, quand en 2010-2011 ses fournisseurs fermèrent un à un, en ne lui laissant pas d’autre choix que de créer sa propre marque.

1083 est née d’un apprentissage avec comme modèle économique « si je vends pour un jean à 90e il me faut réussir à produire en France pour 30e » 

5 ans d’apprentissage, d’échecs, comme de réussites pour arriver au résultat final, mais il ne se plaint pas, ce ne sont pas des années perdues.

Les jeans 1083 sont en coton bio, entièrement tissés et fabriqués en France. Le fil de coton est teint dans l’une des dernières usines de teinture encore en activité en France à Sevelinges dans la Loire, avec des colorants dont la qualité est prouvée. Les pièces sont ensuite confectionnées à Marseille où on réalise la coupe du denim, la couture des différents éléments, la finition, la pose des boutons et rivets et enfin le repassage.

Il explique que l’apprentissage et l’entreprenariat apportent de la valeur plus forte que celle de l’argent en effet avec 2 millions de chiffres d’affaires, Thomas Huriez ne se rémunère que deux mille euros, le salaire qu’il gagnait en tant qu’informaticien au début de sa carrière. 

Sa vision de l’entreprenariat est avant tout une aventure humaine qui ne doit pas se réaliser par l’argent mais les surprises et les valeurs que l’on porte. 

« Je me rémunère le minimum pour me réaliser avec ma boite l’argent n’est pas à mon profit mais à celui de mes idées » .

Cet objectif de toucher le maximum de personnes possible passe pour lui par le jean qui est en effet le vêtement le plus commun et universel. La marque se décline aussi au travers du prêt-à-porter et accessoires.

1083 c’est la plus grande distance pouvant être faite en France, entre Menton et Brest ce qui renforce le sentiment de proximité.  

Afin d’aller encore plus loin dans la « relookalisation », 1083 propose carrément un jean « 0 km ». Il s’agit en fait d’un jean à fabriquer soi-même grâce à des patrons à télécharger sur le site de la marque. Bientôt, 1083 commercialisera même un kit  « 0 km » avec en plus du patron imprimé, le denim, les boutons et les étiquettes.

Une de leurs forces c’est la transparence leurs prix.

Elle livre même sans rechigner leurs défauts tels que les délais. Mais comme dans tous leurs défauts sont expliqués, la relocalisation en France qui souvent prend du temps est expliqué aux clients qui sont compréhensifs. 

Deuxième grand défaut selon lui: le manque de nouveauté. Le nombre de commandes devenu viral est une priorité car ne voulant pas faire attendre les clients.

1083 à l’ambition de créer plus d’emplois en France, de permettre à plus de marques de faire du made in France et ce en devenant un exemple de cette réussite made in France. C’est le cas, par exemple de la marque Routine fondé par Florian Chosson qui voit Thomas Huriez en devenir associé.

La marque fonctionne aujourd’hui avec son réseau de 27 magasins multi-marques mais pas de magasin 1083 propres.

Cliquer sur l'image pour voir le replay du Quotdien avec Yann Barthès de Thomas Huriez au Salon du Made In France

Cliquer sur l'image pour voir le replay du Quotdien avec Yann Barthès de Thomas Huriez au Salon du Made In France